Le point de vue indien sur la COP25

Entretien avec Falguni Joshi (membre de CMW, depuis Gujarat en Inde)

Q1: Pouvez-vous décrire les thématiques de travail de votre organisation ?

Je travaille sur les enjeux environnementaux depuis 1997, particulièrement sur le renforcement de la participation publique aux processus de prise de décisions liées à l’environnement, sur la sensibilisation, le matériel de formation touchant aux questions environnementales et la diffusion des connaissances sur les changements climatiques chez les jeunes Indiens (via des programmes de formation au renforcement des capacités et du travail de mobilisation sur ces politiques.)

Je travaille avec ParyavaranMitra – une ONG basée à Gujarat, India – et ai lancé une plate-forme nommée « Let’s talk climate action » (en français : agissons contre les changements climatiques) visant à sensibiliser à l’importance d’agir dans la lutte contre les changements climatiques. Je suis aussi membre de Carbon Market Watch.

Q2: A la lumière des récentes élections, le gouvernement une nouvelle fois au pouvoir en Inde a-t-il formulé des promesses ambitieuses pour le futur (au niveau national) dans la lutte contre les changements climatiques ?

Au cours de son second mandat, le gouvernement actuel est très occupé par d’autres problématiques, mais assez sage pour montrer son inquiétude au sujet des changements climatiques. Le gouvernement n’a mentionné que quelques étapes dans ses CDN, étapes qui ne sont actuellement pas réalisables.

 Q3: Suivez-vous les discussions de la CCNUCC ? Si oui, y a-t-il des sujets de la COP25 qui vous intéressent particulièrement ou touchent au travail de votre organisation ? Pourquoi ?

Nous participons à la COP mais pas directement aux négociations. Nous essayons plutôt d’expliquer les réalités sur le terrain lors de forums alternatifs à la COP. Nous suivons les discussions de la CCNUCC de loin, dans le but d’associer ces décisions à d’éventuelles actions futures adaptées à des situations du monde réel.

L’énergie positive que les jeunes gens à travers le monde ont apportée via leur participation aux questions climatiques de la COP25 est inspirante, particulièrement le fait qu’ils aient exercé une pression, via des marches pour le climat, exigeant une action immédiate sur l’urgence climatique. Leurs inquiétudes pour la planète et leur empressement nous donneront encore plus d’énergie pour continuer notre combat en Inde.

Q4: Selon votre compréhension des compensations (d’après le MDP) en Inde, croyez-vous que cela puisse à nouveau fonctionner dans le futur, selon l’Accord de Paris?

Le MDP – Mécanisme pour un Développement propre, a largement bénéficié à un groupe restreint d’industries – les communautés locales pauvres et vulnérables n’ont jamais reçu les mêmes avantages. Au contraire, les fermiers et les maldharis (les bergers) ont été impactés négativement et une perte de biodiversité a été observée.

Même les projets d’énergie renouvelable créés en vertu des mécanismes liés au marché du carbone n’ont pas réussi à offrir les bénéfices promis, tels qu’une contribution aux moyens de subsistance des communautés locales vulnérables. De nouveaux mécanismes, quels qu’ils soient, doivent avoir des règles sensiblement améliorées, s’ils veulent avoir une chance de réussir dans le futur.

Q5: Avez-vous des espoirs de voir des politiques climatiques ambitieuses en Inde ?  Y a-t-il quelque chose d’encourageant ?

Comme mentionné précédemment, le mouvement des jeunes est un facteur déterminant pour les actions futures de lutte contre les changements climatiques.

Le gouvernement indien a mentionné des étapes en vue d’améliorer ses CDN (engagements nationaux pour la lutte contre les changements climatiques, en vertu de l’Accord de Paris) ; beaucoup de ces étapes ne sont pas réalisables. L’Inde fait de grands efforts vers plus d’énergie renouvelable, mais plus d’incitations sont nécessaires pour encourager la mise en œuvre d’actions de terrain qui soient fortes et participatives. Par ailleurs, la dépendance de l’Inde au charbon constitue toujours un énorme problème à résoudre dans le futur.  Des projets d’agrandissement de centrales au charbon sont planifiés, donc l’idée d’une sortie du charbon apparaît toujours comme une lointaine réalité.

Cette interview faisait partie de décembre 2019 WT! newsletter ici.