À Propos

Carbon Market Watch est une association sans but lucratif* qui détient une expertise unique en matière de tarification du carbone, de même qu’une expérience de travail politique au sein d’organisations internationales et de l’Union européenne.  Notre point fort est notre travail de plaidoyer fondé sur des données probantes, dans le but d’améliorer les politiques climatiques, et de vulgariser des questions complexes, afin d’aider les gens à comprendre et influencer ces politiques.  

Ce que nous voulons réaliser

Si Carbon Market Watch existe, c’est pour veiller à ce que la tarification du carbone et d’autres politiques climatiques réduisent effectivement les niveaux de pollution et entraînent une transition équitable menant vers des sociétés « zéro émission ». Vu l’urgence de mettre un terme à l’effondrement climatique, nous souhaitons que les politiques climatiques fondées sur le marché tiennent leurs promesses et soient utilisées en étant judicieusement combinées avec des mesures réglementaires et incitatives. 

Nos principaux objectifs sont les suivants :

– garantir un prix du carbone suffisamment élevé qui reflète le coût réel de la pollution pour la société et qui améliore l’utilisation des recettes pour que les actions de lutte contre les changements climatiques soient rapides, équitables et efficaces ;

– défendre l’intérêt d’actions de lutte contre les changements climatiques ambitieuses et rapides dans les secteurs du transport aérien et maritime ;

– garantir la mise en place de règles rigoureuses pour les marchés du carbone des Nations Unies, qui comprennent une finance climatique équitable et des garanties en matière des droits humains, en particulier pour pays en voie de développement,

– promouvoir une grande intégrité environnementale des politiques climatiques et augmenter l’ambition européenne en matière de climat.

Notre façon de travailler

Le plaidoyer fondé sur des données probantes est au coeur de notre travail. Nous suivons de près et de manière critique la conception et la mise en œuvre d’instruments de politique climatique, particulièrement ceux fondés sur le marché ; nous dénonçons les cas où ces instruments ne donnent pas les résultats escomptés, entraînent des dégâts à l’environnement ou font fi des droits des personnes. Nous vulgarisons des questions complexes pour informer les médias, les décideurs politiques et les organisations de la société civile. Nous aidons ainsi le public à comprendre et à influencer les politiques climatiques qui le concerne.

Ce qui guide notre travail 

Nous tenons au principe du « pollueur-payeur ». Des politiques climatiques équitables et efficaces dépendent de processus démocratiques rigoureux. Les mesures de lutte contre les changements climatiques doivent être mises en œuvre dans le respect des droits humains afin qu’elles soient bénéfiques pour les personnes et pour l’environnement. Nous assumons la responsabilité de notre propre empreinte carbone, inévitable, grâce à une politique interne de tarification du carbone et appliquons nos valeurs de transparence et de gouvernance démocratique à nos propres pratiques. 

Nos canaux d’influence et nos partenariats

Carbon Market Watch est un observateur accrédité auprès de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et est inscrit dans le registre de transparence de l’Union européenne reprenant les groupes d’intérêts.

Nous sommes observateurs auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’Organisation maritime internationale (OMI) en tant que membres de groupes de la société civile via la Coalition internationale pour une aviation durable et la Coalition pour un transport maritime propre. 

Nous contribuons à plusieurs forums politiques de haut niveau et sommes membres de la Coalition pour le leadership en matière de tarification du carbone (CPLC). Nous travaillons avec des représentants des gouvernements, du secteur privé et de la société civile pour promouvoir des politiques efficaces de tarification du carbone qui réduisent les émissions, tout en encourageant l’innovation et en protégeant les droits des personnes concernées.

En tant que membres du Réseau Action Climat (RAC), un réseau mondial regroupant plus de 950 ONG, nous coordonnons deux groupes de travail, l’un sur les mécanismes de marché, l’autre sur le transport aérien et maritime. Nous sommes également membres du Bureau européen de l’environnement (BEE).

Comment nous nous sommes fait connaître

Carbon Market Watch est le fruit d’une décennie de travail consistant en l’examen de la mise en œuvre du Mécanisme de développement propre (MDP), qui est un programme de compensation des émissions de carbone dans le cadre du protocole de Kyoto des Nations Unies. Au cours de l’examen des effets des projets MDP dans les pays du Sud, Carbon Market Watch (alors appelé « CDM Watch ») a mis en place un réseau de coopération avec des groupes locaux à travers le monde.

Étapes de l’évolution de CMW

2009 : Mise en place de l’initiative CDM Watch, accueillie par le Forum allemand pour l’environnement et le développement (Forum Umwelt und Entwicklung).

2012 : Changement de nom en Carbon Market Watch et création de l’association sans but lucratif Nature Code (en Autriche) pour accueillir le projet.

2016 : Changement de nom de l’association en Carbon Market Watch – le projet et l’association sont ainsi devenus identiques.

2019 : La directrice fondatrice, Eva Filzmoser, passe la main à une nouvelle directrice exécutive, Sabine Frank. Création de Carbon Market Watch en tant qu’association belge sans but lucratif.

Nos réalisations les plus importantes

Au fil des ans, Carbon Market Watch a plaidé avec succès pour une plus grande participation de la société civile dans l’élaboration des politiques climatiques internationales et européennes. En coopération avec des partenaires du monde entier, Carbon Market Watch a contribué à déclencher des changements politiques majeurs au niveau des Nations Unies et de l’UE. Nos principales réalisations sont les suivantes :

– l’inclusion de certains points de notre campagne dans l’Accord de Paris, comme la reconnaissance des droits de l’Homme dans les changements climatiques, qui figure désormais dans le préambule ;  

– l’exclusion du projet controversé Barro Blanco du Mécanisme de développement propre des Nations Unies en raison de ses violations aux droits des communautés locales. C’est la première fois et, jusqu’à présent l’unique, qu’un projet MDP a été radié, suite à la révocation de la lettre d’approbation du projet par le pays d’accueil ; 

– la recommandation de la commission de l’environnement du Parlement européen en 2017 de ne plus accorder de permis de polluer gratuits au secteur du ciment ;

– l’atténuation des lacunes de la Climate Action Regulation (également connue sous le nom de Règlement sur la répartition de l’effort) ;

– un appel international à mettre fin au Mécanisme de développement propre et à faire de l’article 6 de l’Accord de Paris un outil de financement de la lutte contre les changements climatiques, plaçant le développement durable au cœur de ses préoccupations ;

– le fait d’avoir évité que les marchés mondiaux du carbone ne deviennent la plus grande faille de l’Accord de Paris lors de la COP25 à Madrid.

 

*enregistrée en Belgique