Le transport maritime

Le Protocole de Kyoto de 1997 chargeait l’Organisation maritime internationale (OMI) de s’attaquer aux émissions de gaz à effet de serre (GES) issues du transport maritime international, mais, 20 ans plus tard, bien peu de choses ont été réalisées. Si elles ne sont pas réglementées, les émissions issues du transport maritime international pourraient augmenter de 250% et être responsables de 17% des émissions mondiales d’ici 2050. Depuis 2007, l’OMI a étudié plusieurs options dans le but de s’attaquer aux émissions de GES, y compris l’option des mesures basées sur le marché. En 2018, l’OMI s’est accordé sur une trajectoire initiale de réduction des émissions, incluant l’objectif de réduire les émissions du secteur du transport maritime de 50% en 2050. Toutefois, depuis lors, l’OMI a seulement réussi à s’accorder, pour les dix prochaines années, sur des actions de lutte contre les changements climatiques qui sont faibles et facultatives, ce qui ébranle l’objectif de 2018.

L’Union européenne donne la priorité à une solution mondiale, mais devrait se préparer à agir, si l’OMI ne le fait pas. Dans le Green Deal européen, la Commission européenne promet de faire entrer le transport maritime international dans le marché européen du carbone. Le Parlement européen a voté la proposition d’inclure le transport maritime international dans le marché européen du carbone, avant même d’éventuellement examiner cette possibilité l’année prochaine, comme le proposait la Commission.

En tant que membre de la « Clean Shipping Coalition » (CSC – coalition pour un transport maritime propre), Carbon Market Watch a le statut d’observateur à l’OMI et suit le processus de développement d’une politique de lutte contre les changements climatiques. Sachant que les bateaux commandés aujourd’hui sont susceptibles d’être encore utilisés dans 30 ans, nous plaidons pour que le secteur intervienne rapidement pour trouver une solution au problème de l’augmentation des émissions, notamment via une tarification du carbone efficace au niveau du secteur. Nous soutenons les plans visant à inclure le transport maritime international dans le marché européen du carbone.