Décarboniser les industries européennes

Le SEQE est actuellement l’un des principaux outils de l’Union Européenne pour décarboniser son secteur de l’industrie, mais il a jusqu’ici échoué à cette tâche. Les émissions des industries européennes stagnent actuellement et aucune réduction d’émissions n’est prévue jusqu’en 2030, ou au-delà.

Les problèmes principaux sont le bas prix du carbone et le système de distribution gratuite de permis d’émissions qui a permis aux entreprises du secteur industriel de réaliser de larges profits. Au cours des dernières années, le SEQE-UE a généré jusqu’à 50 milliards d’euros en bénéfices exceptionnels pour les entreprises privées réglementées par le système.

Ces permis de polluer gratuits représentent un dysfonctionnement du marché au sein du SEQE-UE, dans la mesure où les coûts externes de la pollution par le carbone ne sont pas internalisés. Les entreprises n’ont aucune raison d’assainir leurs pratiques et ce sont les citoyens qui supportent le coût des répercussions climatiques. En distribuant gratuitement des permis d’émission, les gouvernements de l’Union européenne renoncent également aux recettes qui auraient pu être générées par la vente aux enchères de ces quotas, recettes qui auraient pu servir à financer de nouvelles actions climatiques.

Une décarbonisation industrielle totale des secteurs de l’acier, du ciment, et de la chimie est à la fois nécessaire et faisable afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, et de permettre l’existence d’une industrie prospère dans un climat sûr. C’est aussi l’occasion de « reconstruire en mieux », au moment où l’Europe émerge de la pandémie.

Ceci nécessite un changement du cadre réglementaire actuel qui rend la tâche difficile aux entrepreneurs innovants cherchant à avoir accès à un marché gardé par des entreprises établies et peu enclines à faire évoluer leur processus de fonctionnement hautement polluant et profitable. La suppression totale de l’attribution gratuite des permis de polluer est une priorité essentielle et une condition pour l’introduction d’un Mécanisme d’Ajustement carbone aux frontières (ACF), comme proposé par la Commission européenne dans le cadre du Green Deal européen.

Carbon Market Watch plaide pour la suppression de l’attribution gratuite de quotas d’émission pour les industries à forte intensité énergétique. En plus de réviser les règles régissant les marchés du carbone, l’Union européenne devrait également mettre en place d’autres mesures pour mettre ces secteurs en conformité avec le Green Deal européen. Ces mesures devraient inclure une augmentation des financements dédiés à l’innovation industrielle, l’adoption de normes de performance en matière d’émissions de carbone pour la production et la consommation de matériaux à forte intensité énergétique, l’amélioration des règles de passation des marchés publics et la mise en œuvre de dispositions visant à stimuler l’économie circulaire.

Join our mailing list

Stay in touch and receive our monthly newsletter, campaign updates, event invites and more.