Les marchés mondiaux de carbone

Conformément à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les pays ont créé des mécanismes de marchés internationaux visant à fournir un incitant économique de réduction des émissions aux pays qui (avant l’Accord de Paris) n’avaient pas d’objectifs climatiques. La prochaine génération de marchés mondiaux du carbone est fondée par l’Article 6 de l’Accord de Paris.   

Un des plus grands marchés mondiaux du carbone est le Mécanisme de développement propre (MDP) de l’ONU, qui a été mis en place dans le cadre du Protocole de Kyoto. L’idée était que les pays riches puissent financer des projets de lutte contre les changements climatiques dans les pays en développement afin de compenser les pollutions qu’ils poursuivaient sur leur propre territoire. Le MDP est criblé de problèmes. Il n’a pas permis de réduire les émissions mondiales et certains projets qu’il a financés ont enfreint les droits humains et causé des dommages à l’environnement.  

Au contraire des marchés du Protocole de Kyoto, qui exigent des réductions d’émissions de la part des pays riches uniquement, ceux de l’Accord de Paris doivent s’insérer dans un monde dans lequel tous les pays contribuent à l’objectif global de limitation du réchauffement mondial à 1,5 degré. 

Depuis deux ans, les discussions à l’ONU concernant les règles à adopter pour l’application de l’Article 6 se sont clôturées sans aucun accord. Les questions les plus litigieuses concernent le report des anciens crédits de l’ère Kyoto dans l’Accord de Paris, mais aussi la méthode à adopter pour éviter un double comptage des réductions d’émissions, les mêmes réductions pouvant alors servir à remplir différents engagements climatiques. Un autre point de discussion crucial concerne les mesures à mettre en œuvre afin que les marchés mondiaux du carbone réduisent effectivement la quantité d’émissions mondiales et soutiennent et promeuvent les droits de l’homme. En raison de la pandémie de coronavirus, les négociations ne reprendront qu’en 2021.

Carbon Market Watch est en faveur de l’exclusion d’anciens crédits du nouveau système et de l’introduction de règles strictes visant à éviter le double comptage et permettant aux marchés du carbone de réduire la quantité d’émissions mondiales. Par ailleurs, des garanties sociales et environnementales strictes sont nécessaires afin de s’assurer que chaque projet de lutte contre les changements climatiques respecte et promeuve les droits humains, protège l’environnement et profite aux communautés locales.