Les marchés du carbone constitueront-ils un élément de réponse face au défi des changements climatiques ?

Les activistes sur le climat s’attendaient à des avancées dans les négociations de Marrakech ; ils en sont revenus déçus. L’élection de Donald Trump à la présidence américaine peu après le début de la réunion a jeté un froid sur les discussions, même si les pays les plus vulnérables ont légèrement allégé l’atmosphère en s’engageant à une transition vers 100% d’énergies renouvelables. 

Lors de la conférence de l’ONU sur le climat à Marrakech, les négociateurs sur les marchés ont beaucoup parlé de procédure, ont répété des précédentes déclarations, ont chassé les observateurs et décidé d’appeler à plus de contributions. Nous sommes toujours en attente d’un texte ambitieux sur les droits de l’homme, l’intégrité environnementale et le développement durable et ils n’ont jusqu’à présent rien présenté.

Si les marchés sont appelés à jouer un rôle positif dans le cadre de l’Accord de Paris, les négociateurs doivent tirer des leçons des lacunes des mécanismes existants. Les Parties amènent beaucoup de propositions constructives mais quant à savoir comment ces propositions pourront être mises en œuvre côte à côte et coexister avec les autres morceaux de l’Accord de Paris relève d’un exercice de haute-voltige. Les Parties de l’Accord de Paris visent une adoption des règles en 2018. Il conviendra d’être attentif aux enjeux majeurs que sont l’ambition, l’intégrité environnementale et le développement durable.

On ne peut avancer sans plus d’ambition

cover_photo

Les dernières nouvelles concernant l’extraordinaire réchauffement de l’Océan arctique soulignent l’urgence de réduire rapidement les émissions. Si les marchés sont vraiment prêts à augmenter leur ambition, une avancée majeure serait alors de dépasser la simple compensation des émissions pour atteindre une réelle réduction de celles-ci.

Il convient également de déterminer comment empêcher les marchés de devenir un incitant pervers créant alors des engagements peu ambitieux. Lors d’une évènement parallèle à la COP portant sur l’intégrité environnementale et le développement durable, Karen Olsen, du Partenariat UNEP DTU, a suggéré de remplacer le test d’additionnalité pour l’octroi des crédits par un concept qui favorise un changement transformationnel vers des économies à faible intensité en carbone. Le concept a fait du chemin au sein du Fonds Vert pour le Climat, et mérite une étude plus approfondie.

Les différents points de vue sur l’ « intégrité environnementale »

Si pour certains universitaires et experts, l’intégrité environnementale se définit assez strictement comme un jeu à somme nulle de compensation des gaz à effet de serre dans les crédits et les échanges, les observateurs ont entendu à Marrakech une variété d’interprétations.

Le Groupe d’Intégrité environnementale (GIE) lie étroitement intégrité environnementale et développement durable, se référant spécifiquement aux Objectifs de Développement Durable et aux droits humains. D’autres Parties voient le développement durable comme une prérogative nationale et rejettent autant les indicateurs qu’une description claire de ce qu’il représente.

En prévision des prochaines discussions sur le climat en mai 2017, les membres de la société civile à travers le monde doivent contacter leurs gouvernements respectifs afin de leur fournir leur contribution sur la manière de développer des règles et une orientation pour les nouvelles dispositions concernant le marché.

Les observateurs peuvent aussi soumettre leurs points de vue à l’Organe Subsidiaire de Conseil Scientifique et Technologique (SBSTA) (même si l’appel officiel fut seulement adressé aux Parties) avant le 17 mars 2017.  Pour des idées et de l’inspiration pour votre contribution, le Wuppertal Institut a compilé un résumé des demandes des Parties avant la COP22. Par ailleurs, le dernier briefing de Carbon Market Watch détaillant à quoi les marchés du carbone pourraient ressembler est visible ici.

Ecrit par Aki Kachi Carbon Market Watch Logo - JPG - Copy30


Cliquez ici pour lire les autres articles de cette édition.

.Watch This - article link.