La mesure de l’OACI non conforme à l’Accord de Paris

La campagne sur l’aviation de Carbon Market Watch a pris une place prépondérante en 2016, année où les pays devaient adopter les premières mesures portant sur le rôle de l’aviation internationale dans la lutte contre les changements climatiques. Malgré les nombreuses actions en ligne menées par la société civile (merci à tous ceux qui ont participé), l’Assemblée gérénale de l’OACI a adopté un accord qui n’est pas conforme aux objectifs de l’Accord de Paris.

Les Pays-Membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) se sont accordés en octobre sur un mécanisme de compensation pour le secteur de l’aviation. Il est désormais connu sous le nom de Programme de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA). A partir de 2020, les compagnies aériennes compenseront la hausse de leurs émissions par des projets pour le climat dans d’autres secteurs à travers le monde. Tous les Etats n’ayant pas signé, seulement environ 75% des émissions au-delà des niveaux de 2020 seront concernées. Cela dépend aussi évidemment de la qualité des crédits carbone achetés par les compagnies aériennes.

Des précisions importantes manquent

Les demandes à répétition de la société civile plaidant pour une mesure robuste permettant d’éviter le double comptage des crédits carbone a été entendue; un changement de dernière minute au texte du CORSIA a permis d’insérer une formulation plus forte sur l’éligibilité et le double comptage des crédits de la CCNUCC, ce pour quoi Carbon Market Watch s’est longtemps battu.

Néanmoins, la résolution manque de précisions sur un contrôle strict, l’intégrité environnementale et les possibilités d’éviter les crédits problématiques. Tandis que l’accord sur la mesure en elle-même a été conclu, les détails sur la manière dont celle-ci fonctionnera en pratique n’ont pas été élaborés. De graves problèmes, qui auraient pu être solutionnés au niveau politique, ont été reportés à des discussions techniques qui se prolongeront jusqu’en 2018.

Pas conforme à l’Accord de Paris

Pour le dire simplement, la contribution de l’aviation, bien qu’officiellement saluée par l’industrie, ne nous engage pas sur une voie permettant de limiter le réchauffement climatique mondial, conformément à l’Accord de Paris. La compensation est une solution à court terme et tous les secteurs doivent se “décarboner” pour réduire leurs effets sur les changements climatiques.

A court terme, le CORSIA doit mettre en place des garanties pour s’assurer de tenir réellement ses promesses par rapport à l’objectif qu’il s’est fixé. Cela signifie que la société civile devra continuer à mettre la pression pour créer un mécanisme de compensation qui soit transparent, conforme aux développements de l’Accord de Paris, et surtout qui contribue à une réelle décarbonisation et à des réductions d’émissions nécessaires jusqu’au moment où l’aviation pourra réduire l’augmentation de ses propres émissions.

Ecrit par Kelsey Perlman  Carbon Market Watch Logo - JPG - Copy30


Cliquez ici pour lire les autres articles de cette édition.

.Watch This - article link