Watch This! Membre à la une: Le Conseil des Peuples de Tezulutlan

Dans cette édition, Maximo Ba Tiul, responsable des relations internationales, présente le Conseil des Peuples de Tezulutlan, une organisation membre du Réseau, qui représente des communautés indigènes du Guatemala.

Pourriez-vous présenter votre organisation ?

Maximo1-300x200Le Conseil des Peuples de Tezulutlan (Consejos de Pueblos de Tuzulutlan, CPT) est un réseau rassemblant les communautés autochtones Q’echi, Poqomchi’ et Alchi des régions de l’Alta Verapaz et de la Baja Verapaz dans le nord du Guatemala. Il a été créé en 2010 pour représenter quelques 80 communautés, totalisant approximativement 15.000 familles.

Le CPT est composé d’un conseil politique de dirigeants locaux (qui sont appelés K’amalb’e ou « ceux qui ouvrent la voie ») et d’une équipe universitaire technique de 2 personnes. Par ailleurs, le CPT collabore étroitement avec des universitaires qui offrent à la fois un soutien technique pour aider les communautés à coordonner leur action de défense de leur « Terre sacrée ».

Comment avez-vous découvert le Réseau Carbon Market Watch et quelles sont vos attentes pour le futur ?

Carbon Market Watch nous a soutenu quand nous avons déposé une plainte auprès du Comité exécutif du Mécanisme de Développement Propre (MDP) et nous aide à lutter contre le projet Hidroeléctrica de Santa Rita (un projet de barrage labélisé MDP NDLR – plus d’information ici). Il nous soutient afin que le réseau participant à la campagne contre Santa Rita puisse influer sur les banques de développement et d’investissement.

Quelle est la situation actuelle autour du projet Santa Rita ?

Le projet est à l’arrêt grâce aux mobilisations locales et internationales. Le permis de bâtir a expiré en janvier 2015.SAM_1635

Le projet fait actuellement l’objet d’une enquête de le CAO, le mécanisme d’appel indépendant pour les projets financés par les organisations du Groupe de la Banque Mondiale qui s’occupent du secteur privé.

Nous espérons que le projet sera définitivement abandonné. Le combat contre Santa Rita a fait réaliser aux communautés que les compagnies privées devaient respecter leurs droits.

Quels sont les domaines de travail de votre organisation ?

– Enquêtes: nous n’agissons pas tant que nous n’avons pas enquêté de façon approfondie sur les principaux acteurs et ce qui est en jeu.

– Impact politique : le CPT représente les intérêts des communautés auprès d’organisations et institutions nationales et internationales, et particulièrement auprès des banques de développement qui fournissent des ressources économiques pour développer le modèle extractiviste.

– Formation/enseignement : le CPT informe les communautés sur leurs Droits et les aide à s’organiser. Il forme également des instructeurs dans chaque communauté.

– Communication : nous formons à l’utilisation des médias (filmer, prendre des photos, etc.) et à l’utilisation des ressources pour les dirigeants. Nous avons aussi un projet de création d’un média communautaire.

rivaco II 031Quels sont les plus grandes réussites de votre organisation et pourquoi ?

– Le CPT a renforcé l’organisation des communautés.

– Les dirigeants de la communauté connaissent désormais leurs Droits prodigués par l’État, les instances internationales et les banques de développement.

– Nous avons aussi aidé les femmes à jouer un rôle plus important et à se faire entendre.

– Le Conseil est maintenant un interlocuteur d’instances nationales importantes comme le Bureau du Procureur général pour la défense des Droits, le Secrétariat des Affaires agricoles, le Fonds pour la Terre, la Cour suprême de Justice, les universités, etc.

– Nous avons noué des liens avec des ONG d’Europe et des États-Unis afin de défendre les ressources naturelles des territoires autochtones.

Carbon Market Watch Logo - JPG - Copy30

Interview avec Maximo Ba Tiul

Interview realisee par Pierre-Jean Brasier


Cliquez ici si vous voulez lire les autres articles de notre Lettre d’Information Watch This!

Watch This - article link