WATCH THIS! NGO Newsletter #13: Fonds vert pour le climat en Zambie – principaux résultats

La semaine dernière, le Comité exécutif du Fonds vert pour le climat (FVC) a tenu sa dernière réunion avant les prochaines discussions sur le climat à Paris. Le Comité a approuvé ses huit premiers projets de soutien aux activités de lutte contre les changements climatiques dans les pays en développement, marquant ainsi une étape importante dans l’évolution du FVC.

Nira at the COPLes projets ont été approuvés après de nombreuses heures de discussion au sein du Comité. Plusieurs membres du Comité ont soulevé des questions cruciales quant à la procédure d’élaboration des propositions et la façon dont le Comité devrait établir des priorités sur les activités à des fins de financement. D’autres ont fait remarquer qu’il était important d’avoir un financement pour les premiers projets et d’aborder certaines difficultés (comme les critères de priorité et les améliorations à la procédure de révision) d’ici la prochaine réunion. Le Comité s’est finalement accordé sur le fait que la première série de projets était globalement prometteuse ; néanmoins, le Comité a approuvé la plupart d’entre eux sous conditions, tel que la clarification de la procédure de consultation, la finalisation des normes et garanties appropriées, et la mise à disposition d’informations complémentaires sur les business plans et autres conditions matérielles.

Tableau 1. Aperçu des projets approuvés lors de la 11ème réunion du Fonds vert pour le climat.

 

Nom du projet Pays Organisme accrédité Atténuation/ Adaptation Public/privé Financement approuvé (dollars US)
Capacité d’adaptation des zones marécageuses dans la Province de Datem del Marañón Pérou PROFONANPE Transversal Public 6,2
Utilisation à plus grande échelle du système de partage d’informations sur le climat et de systèmes d’alerte Malawi PNUD Adaptation Public 12,3
Augmentation de la capacité d’adaptation des écosystèmes et des communautés via la réhabilitation des capacités productives de base des terres salines Sénégal Centre de Suivi Ecologique (CSE) Adaptation Public 7,6
Intégration d’infrastructures permettant de résister aux changements climatiques Bangladesh KfW Adaptation Public 40
Fonds d’investissement KawiSafi Rwanda et Kenya Acumen Transversal Privé 25
Obligations vertes en faveur de l’efficacité énergétique en Amérique latine et aux Caraïbes Mexique, République dominicaine, Jamaïque et Colombie (initialement) Banque interaméricaine de développement Atténuation Privé 22
Soutien aux communautés les plus vulnérables des Maldives pour gérer la pénurie d’eau causée par les changements climatiques Maldives PNUD Adaptation Public 23,6
Approvisionnement urbain en eau et projet de gestion de la pénurie d’eau Fidji Banque asiatique de développemen Adaptation (note: le document-résumé du Comité dit “transversal”) Public 31

Source: GCF/B.11/04, “Examen des propositions de financement,” et Decision B.11/11

 

Sur le plan du processus, le Comité s’est accordé sur le fait que les procédures de révision et d’approbation des projets devaient être plus transparentes et rationnalisées. La publication de concepts et de propositions à un stade précoce, en laissant des périodes ouvertes aux commentaires publics, crée plus d’opportunités d’amélioration des projets et atténue les préoccupations naissantes afin que ces dernières puissent être traitées avant que la proposition n’atteigne le Comité. La société civile a par exemple a soulevé de nombreuses préoccupations concernant le projet au Pérou quant à la consultation et au consentement des peuples autochtones concernés. C’est le genre de problème qui devrait idéalement être soulevé en amont de la conception du projet; le FVC devrait réviser ses procédures actuelles pour faciliter un engagement des parties prenantes à un stade antérieur.

1678965_logo_1422254324

Le Comité a aussi pris des décisions sur d’autres problématiques importantes, y compris le plan stratégique pour le FVC, un soutien à la « préparation » (‘readiness’) des pays en développement, et le suivi. Quant à la programmation stratégique, le Comité s’est engagé à adopter un plan d’ici la prochaine réunion en 2016 – la procédure organisée pour ce faire comportera des possibilités pour la société civile de donner son avis sur la meilleure façon de mener le travail du FVC dans les années à venir. Le Comité a augmenté son soutien aux activités de préparation dans les pays en développement, y compris via un projet de préparation des infrastructures, ce qui est essentiel pour renforcer les institutions nationales prévoyant de mener des actions de lutte contre les changements climatiques. A ce jour, le FVC a tardé à distribuer de l’argent pour la préparation et le Comité a demandé des améliorations sur ce point. La décision devrait mener à plus de soutien pour l’organisation des activités de lutte contre les changements climatiques dans les pays en développement (cela devrait inclure l’engagement de multiples parties prenantes) et pour les institutions nationales souhaitant travailler avec le FVC.

Le Comité a aussi adopté un cadre pour la surveillance et la responsabilisation, qui pose les exigences de base pour les organismes que le FVC va financer, des mesures correctives si ces organismes ne se conforment pas aux normes et des conditions pour le maintien du statut d' »accrédité FVC ». C’est un bon premier pas mais des procédures plus détaillées seront nécessaires au cours de la prochaine année. Par exemple, le cadre comprend des processus participatifs de surveillance, mais les canaux spécifiques pour recevoir ces informations ne sont pas clairs. Le degré d’influence que les plaintes relevées via les mécanismes de réclamation pourraient avoir dans le système global de surveillance est également encore assez flou.

Tandis que le FVC a progressé à cette réunion et que le financement des projets constitue un jalon important pour le Fonds avant la COP de Paris, il y a encore beaucoup de travail avant d’atteindre le plein potentiel dans le soutien d’un développement faible en carbone, et résistant aux changements climatiques dans les pays en développement.

Niranjali Amerasinghe, Associée, Sustainable Finance Center, World Resources Institute

L’auteure s’exprime uniquement à titre personnel.


Cliquez ici si vous voulez lire les autres articles de notre Lettre d’Information Watch This!

Watch This - article link