WATCH THIS! NGO Newsletter #13: Comment les NAMA peuvent apporter de l’eau au moulin des INDC


U.Trunk-profile-300x213

Le futur des Mesures d’Atténuation Appropriées au niveau National (NAMA) après 2020 est toujours incertain. Cet article montre comment elles pourraient grandement contribuer à soutenir les objectifs d’atténuation et de développement des pays en développement, y compris en aidant à la conception et la mise en œuvre des Contributions Prévues Déterminées au niveau National (INDC).

 

A Paris, les Etats sont en passe d’adopter un accord international sur le climat ambitieux, qui sera lancé en 2020 – du moins, c’est ce qui est espéré ! Pour préparer cela, ils ont présenté leurs engagements post-2020 pour le climat via les INDC.  Dans les INDC, chaque Partie, individuellement, indique comment elle compte réduire ses émissions de gaz à effet de serre au-delà des efforts actuels. Carbon Market Watch espère que ces objectifs se mueront en engagements contraignants.

               Le lien NAMA/CPDN

Beaucoup de liens peuvent être faits entre le concept de INDC et celui de NAMA. Les CPDN ont été conçues à la lumière des particularités nationales et des priorités de développement. Les engagements sont par conséquent variés, prenant la forme d’objectifs économiques globaux, d’objectifs en matière d’énergie, de politiques et de projets. De la même manière, les NAMA sont un mécanisme impulsé par les pays qui permet aux pays en développement d’entreprendre des actions d’atténuation dans le contexte de leurs priorités de développement et dans des formes diverses « adaptées au pays », c’est-à-dire des politiques et des projets.

Si les NAMA ont été formellement développées dans le cadre de l’ambition pré-2020, leur flexibilité et leur potentiel de contribution aux réductions des émissions et au développement durable ainsi que leur corrélation aux CPDN pose la question suivante : quel sera leur rôle après 2020 ?

                Les NAMA, un outil utile pour les CPDN ?

NAMA1

Au-delà de leur similarité, les NAMA peuvent grandement éclairer la mise en place des INDC. Premièrement, dans la perspective de la Conférence de Paris, nous avons vu que les NAMA fournissaient des enseignements pour construire les INDC. Les capacités et les institutions qui ont été renforcées dans les pays pour développer les NAMA ont été utilisées par certains pays ; elles incluent un système de suivi, notification et vérification des activités (MRV), des circuits financiers, une identification de bases de référence et d’obstacles. Par exemple, les INDC de la Thaïlande ont été préparées sur base des principaux enseignements tirés des NAMA thaïlandaises. Les INDC de la République dominicaine comprennent des mesures spécifiques aux secteurs, qui seront mises en place grâce à la capacité et l’expertise des institutions du pays développées via les NAMA.

Deuxièmement, les NAMA peuvent être utilisées comme un outil pour la mise en place des INDC. Les NAMA comprennent des actions concrètes d’atténuation et peuvent servir d’outil principal pour atteindre les réductions d’émissions promises via les INDC. En fait, beaucoup de pays ont intégré les NAMA dans leurs INDC. Par exemple, une partie des plans d’atténuation INDC de la Tunisie incluent l’utilisation des NAMA pour le secteur du ciment.

Par conséquent, les NAMA seront probablement conservées après 2020 comme un mécanisme avec un grand potentiel d’aide à l’atteinte des objectifs d’atténuation et de développement des pays en développement. Toutefois, on ne sait si les NAMA vont conserver la même étiquette ou si leur interconnexion aux engagements des pays via les INDC pourrait transformer leur caractère volontaire.  La pratique montre que la mise en place des NAMA dans leur contexte actuel est lente. Leur flexibilité devrait donc les aider à s’adapter à leurs nouveaux rôles dans le régime climatique post-2020.

 

Par Urška Trunk, chercheuse à Carbon Market WatchCarbon Market  Watch Logo - Transparent GIF

 

 


Cliquez ici si vous voulez lire les autres articles de notre Lettre d’Information Watch This!

Watch This - article link