WATCH THIS! Lettre d’Information des ONG n°12: Responsabiliser les jeunes pour réduire les émissions des écoles mexicaines

image2-small-20Le présent article présente les efforts du Mexique pour créer une plate-forme de responsabilisation de la jeunesse dans un souci d’atténuer les émissions de carbone des écoles. Ces efforts ont mené à la création d’une NAMA pour le secteur scolaire qui a été lancée dans 4 états mexicains ainsi qu’à la création d’un modèle qui permet à cette communauté de transformer son envirimage4-small-26onnement.

De quelle manière les jeunes peuvent-ils contribuer à atteindre les objectifs d’atténuation du Mexique ? C’est cette question qui est à l’origine de la collaboration, depuis 2013, entre le laboratoire social PIDES : Social Innovation, basé au Mexique, et l’Agence allemande pour la Coopération internationale. Cette coopération a permis la création d’un programme pour des écoles à faibles émissions, formé de deux composantes principales : la création de la première Mesure d’atténuation appropriée au niveau national (NAMA) internationale pour le secteur scolaire et une plate-forme de responsabilisation de la jeunesse, projet pilote mis en place par PIDES en collaboration avec 4 gouvernements locaux et actuellement dans sa phase initiale. Ce programme vise principalement à promouvoir l’éducation environnementale et la réduction des émissions de gaz à effets de serre dans les écoles, mesurée formellement à l’aide d’un outil en ligne qui envoie les informations recueillies au ministère de l’Environnement.

L’objectif était de responsabiliser de petits groupes « verts » de coordination dans chaque école, de les former et de soutenir leurs plans d’action écologique pendant l’année scolaire. L’éducation aux changements culturels et environnementaux étaient aussi importants que les réductions de CO2, dans le cadre de cette NAMA. Grâce à ce programme d’agent de changement au sein de l’école, nous garantissons une stratégie d’atténuation présente et future.

Cette approche conceptuelle a permis aux communautés de reprendre les projets et de se les approprier. Nous savions que les pratiques durables et les changements introduits en fonction des demandes devaient émaner des institutions, plutôt que d’être mis en place par des personnes externes. Permettre aux enfants de comprendre les champs d’opportunités de leur école à l’égard de six domaines – les espaces verts, l’énergie, la gestion des déchets, les transports, l’eau et la consommation durable – pour ensuite les aider à trouver des solutions ensemble leur a permis d’intérioriser les concepts et de mettre en place une pédagogie transformatrice en matière de durabilité. PIDES a peu à peu délaissé son rôle de coordinateur pour assumer celui de conseiller pour ces équipes d’étudiants écologistes.

En moins d’un an, les équipes vertes de chaque école ont pu élaborer et mettre en place plus de 85 plans d’action et 170 mesures climatiques, dont la mesure de l’impact CO2 de leur travail, résultats qu’ils envoient les résultats aux institutions gouvernementales nationales.image1-16

La méthodologie de la responsabilisation et la flexibilité ont permis de renforcer l’engagement de la communauté. Après cette phase pilote, les autorités de Mexico ont fait de ce programme leur politique officielle pour la lutte contre le changement climatique dans les écoles, et il existe actuellement un intérêt grandissant de la part d’autres états envers le programme. PIDES s’efforce actuellement de mettre en place un calculateur NAMA en ligne plus facile d’utilisation pour ces populations. Toutefois, il convient de noter que malgré l’importance des outils numériques, qui permettent la systématisation et la quantification des résultats ainsi que la massification du programme, le Mexique reste considérablement à la traîne sur le plan technologique. Le pays s’est donc retrouvé face à des défis d’exécution, qu’il tente de surmonter grâce à des stratégies offline dans cette nouvelle phase du programme.

La meilleure manière de créer un changement culturel dans le secteur scolaire est de faire de cette population des partenaires importants, et non des bénéficiaires, des projets. Les principes d’ouverture, de collaboration entre le gouvernement et la jeunesse, d’innovation civique et l’utilisation stratégique des technologies sont les ingrédients de base pour de vrais changements dans des pays comme le Mexique, où 50 % de la population a moins de 26 ans. Les experts estiment que ce programme peut potentiellement réduire de 15 % les émissions de CO2 dans les écoles par rapport à une référence initiale, dont 240 000 tCO2 de réduction globale, selon les estimations, au cours de la phase d’exécution. Les étudiants ont le pouvoir d’accélérer le changement de façon exponentielle, il suffit qu’ils disposent des bons outils et de canaux de collaboration innovants avec le gouvernement pour co-créer des villes plus écologiques.

Par Constanza Gomez-Mont et Marielle Papin,image3-small-23
PIDES: Social Innovation
PIDES : Social Innovation est un laboratoire social en faveur de villes plus ouvertes, durables et inclusives par le biais de mécanismes de collaboration entre les citoyens et le gouvernement et une utilisation stratégique des technologies. 


Click here if you want to read the other articles of our Watch This! Newsletter

Watch This - article link