Carbon Market Watch

For fair and effective climate protection.

WATCH THIS! Lettre d’Information ONG #11: ”Équité, lutte contre le changement climatique et développement durable – NAMA pour le secteur de l’énergie en Géorgie”

28 Apr 2015

A.Samwel profileLe projet NAMA en Géorgie est un bon exemple de renforcement de la participation de la société civile et d’adoption d’une « approche genre » visant à relever les défis de la pauvreté énergétique en milieu rural, l’exploitation forestière non durable et les émissions de CO2. La phase pilote a montré à quel point la participation des femmes et des hommes, la planification de projets, le renforcement des capacités et leur mise en œuvre sont essentiels à la durabilité et aux investissements locaux des NAMA.

Les communautés locales qui vivent dans les zones rurales géorgiennes souffrent de pauvreté énergétique et peinent à trouver le chauffage et l’eau chaude nécessaires aux besoins de leur foyer. En général, une seule pièce est chauffée à l’aide d’un réchaud, qui sert également pour cuisiner et chauffer l’eau. Tous les foyers, qui dépendent du bois comme source d’énergie, dépensent 30 % de leurs revenus en énergie. En raison de cette dépendance au bois, 6 500 ha de forêts disparaissent chaque année en conséquence de l’exploitation forestière non durable. Ceci est en grande partie responsable des catastrophes environnementales, qui touchent majoritairement les populations pauvres, qui dépendent des ressources naturelles pour vivre.

Le ramassage du bois de chauffage et le chauffage de l’eau constituent un fardeau que supportent principalement les femmes, qui s’occupent des besoins fondamentaux des foyers. Bien qu’elles y passent beaucoup de temps, elles ne peuvent pas satisfaire leurs besoins en énergie. Par ailleurs, la pollution que génèrent les réchauds à l’intérieur des foyers est responsable de problèmes de santé.

Pour relever concrètement ces défis, les hommes et les femmes des communautés rurales se mobilisent, soutenus par une coalition d’ONG, pour mettre en place une NAMA (Mesure d’atténuation appropriée au niveau national) qui puisse garantir l’accès à une source d’énergie sûre et financièrement abordable. La phase pilote, lancée il y a 7 ans par les communautés locales, constituait une bonne base pour la mise en œuvre d’une NAMA sensible à « l’approche genre ». Cette NAMA entend à renforcer les organisations de la société civile afin de promouvoir des activités visant à atténuer les changements climatiques.
A.Samwel

Le projet prévoit l’installation de 10 000 réchauds à faible consommation énergétique et 10 000 chauffe-eau solaires dans 5 zones rurales en Géorgie. Ce projet permettra à 20 000 familles d’accéder à des sources d’énergie renouvelables financièrement abordables et à des systèmes à faible consommation énergétique. De cette manière, elles pourront économiser de l’argent en chauffage (eau et maison) et accroitre leur qualité de vie et leur confort. Le projet permettra non seulement de réduire les impacts négatifs sur l’environnement, mais également à plus forte raison de renforcer la composante sociale.

Du point de vue environnemental, le NAMA contribuera à réduire la consommation de bois de chauffage, ce qui permettra d’épargner plus de 1 000 ha de forêt chaque année. L’utilisation de réchauds à faible consommation énergétique entrainera une diminution de moitié de la consommation d’énergie, et les chauffe-eau solaires fourniront de l’eau chaude gratuite toute l’année.

Du point de vue social, le projet vise à limiter considérablement le fardeau des hommes, mais surtout des femmes, en réduisant leurs besoins en eau chaude, et donc les quantités de bois qu’ils doivent couper et transporter. Les ONG ont renforcé les capacités des femmes et des hommes locaux qui participent au projet. Les femmes s’occupent principalement de surveiller et de conserver les avantages du développement durable, alors que les hommes s’attèlent, pour la plupart, à la construction et l’installation de technologies.

Lors de la phase pilote, les femmes se sont non seulement occupées des processus de mise en œuvre, mais elles ont également fait la promotion des avantages des technologies renouvelables auprès d’autres communautés et sensibilisé davantage de personnes. Elles sont devenues les ambassadrices des meilleures pratiques, et elles sont prêtes à partager leur expérience pour aider d’autres femmes.

Globalement, l’expérience sur le long terme de la phase pilote montre à quel point un processus inclusif et ascendant dans lequel la parité est respectée contribue à atteindre les objectifs de développement durable des zones locales et à garantir la prise en main au niveau local. En facilitant la mise en œuvre d’un NAMA élaboré par la communauté, les besoins réels des hommes et femmes pourront être clairement définis et abordés efficacement.

Que sont les NAMA?

Élaborées à l’origine dans le cadre du plan d’action de Bali en 2007, les NAMA (Mesures d’atténuation appropriées au niveau national) sont des mesures nationales, que les pays en développement mettent en place dans le cadre de leur engagement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à promouvoir le développement durable au niveau national. Étant donné que les NAMA doivent être adaptées au contexte national, elles peuvent viser un objectif national ou sectoriel grâce à la mise en place de programmes, de normes, de politiques, de réglementations, d’incitations financières ou de mesures dans le cadre d’un projet. Elles visent à promouvoir non seulement les mesures d’atténuation, mais également l’adaptation des communautés aux changements climatiques. La CCNUCC distingue les NAMA qui vont être mises en place grâce à un soutien international (technologie, financement et construction des capacités, par exemple) et celles qui bénéficient d’un soutien national.


Anna Samwel
Coordinatrice régionale pour le Caucase, Women in Europe for a Common Future (WECF)

WECF nama article - jpegWECF est un réseau international de 150 organisations de défense des droits des femmes, de l’environnement et de la santé qui s’appuient sur le potentiel des femmes pour construire un monde juste, sain et durable.

 


Pour de plus amples informations sur ce projet, veuillez contacter Anna Samwel via anna.samwel@wecf.eu


Cliquez ici si vous voulez lire les autres articles de notre Lettre d’Information Watch This!
Watch This - article link