Carbon Market Watch

For fair and effective climate protection.

L’importance de la comptabilisation de l’UTCATF (LULUCF) pour le succès de l’Accord de Paris

18 Juil 2017

Les négociations sur le climat, tant au niveau de l’UE qu’à l’échelle internationale, sont arrivées à un point crucial quant au rôle du secteur des terres pour la réduction des émissions mondiales, déterminant pour la réussite ou l’échec de l’objectif de l’Accord de Paris. Il est capital de mettre en place un système de comptabilisation efficace des émissions découlant de l’utilisation des terres. C’est le moment pour l’UE de passer à la vitesse supérieure et de se comporter en leader.

Avec l’Accord de Paris sur le climat, les pays ont convenu de maintenir la hausse mondiale des températures en dessous de 2 degrés et de déployer tous leurs efforts pour la limiter à 1,5 degré. Afin de s’engager sur la bonne voie et d’atteindre cet objectif, il est essentiel de limiter les émissions de gaz à effet de serre et d’optimiser le potentiel de réabsorption de ces derniers lorsqu’ils sont libérés dans l’atmosphère.

Un des secteurs les plus émetteurs

L’utilisation des terres, qui est actuellement l’un des secteurs les plus émetteurs, aura un rôle clé. Les secteurs concernés par le changement d’affectation des terres et la foresterie (UTCATF) regroupent des activités qui émettent ou absorbent le dioxyde de carbone provenant des terres agricoles, des zones humides et des forêts, conjointement responsables d’environ 7 % des émissions de GES mondiales. Non seulement une bonne gestion des terres limitera les émissions de GES, mais elle augmentera également le potentiel de séquestration du carbone du secteur, ce qui est essentiel pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Ce sujet est d’autant plus pertinent aujourd’hui qu’en vertu de l’Accord de Paris, les pays en voie de développement ont aussi des objectifs d’atténuation. Avec des capacités industrielles limitées, il est vraisemblable que leur action en faveur du climat se concentrera sur l’UTCATF. Comme le souligne la synthèse de la Climate-Land-Ambition-Rights Alliance soutenue par Carbon Market Watch, il est de la plus haute importance de s’assurer que l’action contre les changements climatiques dans le secteur des terres est compatible avec la protection de la sécurité alimentaire et le respect des droits de l’homme.

Comptabilisation des émissions liées à l’UTCATF

Tout cela sera accompagné d’un important défi supplémentaire. Les pays ont convenu que l’UTCATF possède un rôle clé dans l’action en faveur du climat, mais ils ne se sont pas mis d’accord sur son aspect le plus fondamental : comment comptabiliser de manière précise les émissions et les réductions du secteur.

Afin que les engagements en faveur du climat soient ambitieux, nous avons besoin de règles de comptabilisation honnête qui tiennent compte de l’ensemble des conséquences de la gestion des forêts. Comme l’ONG FERN le souligne : sans comptabilisation claire, les États pourront abattre beaucoup d’autres arbres tout en affirmant qu’ils gèrent leurs forêts de manière durable. La Finlande est un exemple récent de la manière dont les pays utilisent des brèches dans les règles de comptabilisation pour revendiquer un bénéfice climatique qui n’existe pas.

Une formidable opportunité pour l’UE

L’UE discute actuellement des règles de comptabilisation en matière d’UTCATF pour la période post-2020. Ces règles seront finalisées avant que des instructions de comptabilisation soient fournies à l’échelle internationale pour les contributions des pays déterminées au niveau national, qui comprennent les forêts et les terres. Cet accord établira un précédent pour les négociations de la CCNUCC mais ne sera pas aisé à trouver, du fait que certains pays cherchent à « cacher » les émissions de leur secteur des terres en soutenant des manœuvres comptables qui ne représentent pas l’ensemble des conséquences des activités liées à l’utilisation des terres sur le climat.

Dans une lettre ouverte, des ONG dont Carbon Market Watch ont appelé les législateurs européens à éliminer les failles actuelles et à élaborer une législation forte qui accroîtra l’absorption du dioxyde de carbone de l’atmosphère en améliorant les puits naturels. Il s’agit là d’une excellente occasion pour l’UE de se positionner en leader en matière de climat.

Ecrit par Federica Pozzi – StagiaireCarbon Market Watch Logo - JPG - Copy30


Cliquez ici pour lire les autres articles de cette édition

 .Watch This - article link